comment devenir un blogueur influent

Comment devenir un blogueur influent ?

C’est amusant mais cette question est relativement très posée sur Google : Comment devenir un blogueur influent ? Alors n’y allons pas par quatre chemins, il y a autant de manière d’accéder à l’influence par son blog qu’il y a de blogueurs. En vérité, le ton, votre capacité à créer du storytelling régulier et votre authenticité sont vos meilleurs alliés. Cela dit, posez-vous cette question : Pourquoi voudrais-je devenir un blogueur influent ? Si la réponse à cette question implique en quelque sorte des mauvaises raisons (l’orgueil, le besoin de reconnaissance o encore l’argent), il est fort à parier que vous pourriez faire autre chose avec plus de profit. La raison en est simple :Un blog,  ça paie difficilement et c’est très chronophage lorsque l’on veut avoir du succès.

Pourquoi c’est chronophage, voire difficile de devenir blogueur influent ?

Tout simplement parce que l’assiduité à laquelle vous devez vous concentrer pendant parfois des années écarte un certain nombre de loisirs tiers. La réussite dépend grandement de votre capacité de production, bien que votre manière de rédiger, de “storyteller” ait également un fort impact sur la suite et permette de créer notamment un début de communauté.

Pour ma part, j’ai de nombreux blogs et celui-ci, que j’aime bien pour raconter ce sujet, n’est que l’un des blogs sur lesquels je travaille au jour le jour. Si vous allez sur la toile, vous verrez des formations et des vidéos pour vous exposer comme monter un blog et en tirer des profits. Je vais être très clair ici : A moins d’avoir une stratégie de niche et de monétiser la chose en E-commerce, éventuellement en affiliation ou en articles sponsorisés, c’est très difficile de tirer des revenus de son contenu. Oubliez directement la régie publicitaire Google Adsense si vous souhaitez faire fortune (à moins que vous ayez prévu de rédiger 2/3 contenus chaque jour durant les dix prochaines années). Et même, lorsque vous mettez en place ces systèmes de monétisation, vous pouvez être largement déçu. C’est possible (bien que long à mettre en place) de vivre de son blog mais l’influence, c’est encore autre chose.

Être influenceur par le blogging

Voilà une autre dimension autour de la question du blog. Être influenceur par son blog peut là encore s’envisager par des voies diverses et variées. Pour commencer, il faut pouvoir disposer d’un blog. Si vous n’avez pas créé de blog, je vous conseille évidemment de vous orienter vers WordPress.org (pas le .com, surtout pas !). A l’aide d’une structure performante, que vous aurez préalablement paramétré pour être performante sur les moteurs de recherches, il vous faudra dans un premier temps publier comme n’importe quel autre blogueur de manière très régulière. Sur ce sujet ,la régularité dépend vraiment des sujets que vous traitez.

Je vous conseille également de faire des contenus longs (voire très longs si vous voulez faire un blog sur la mode notamment), éventuellement agrémentés de vidéos de vous-même. Je vous invite surtout à cibler des sujets qui passionnent ou qui permettent d’avoir un feed-back d’une potentielle communauté. Inutile d’aller dans le main stream, par exemple, si vous avez un tout petit blog naissant ; Il est alors très compliqué de performer sur tous les plans. En revanche, l’influence se mesure assez bien aujourd’hui avec des outils de tracking, les commentaires et partages sur les réseaux sociaux, la curation des curateurs sur Twitter, Linkedin, etc. L’expertise ou le contenu polémique sont des solutions intéressantes. L’expertise permet de faire croître votre notoriété sur la durée, le polémique permet de déchaîner parfois les passions. De toute manière, tant dans le ton de l’écriture que sur le fond, vous devez être passionnant(e) et favoriser ainsi les réactions de vos lecteurs.

Être besogneux, c’est un sacré avantage pour le blogging

3,4, 5 voire plus d’articles par jour, c’est un bon début. Pour maximiser le travail que vous effectuez en création de contenu, n’oubliez jamais que le Web est une toile et, qu’à ce titre, il est intéressant de toujours mailler ses articles. Si vous avez un sujet de prédilection, par exemple la mode vestimentaire ou le lifestyle ;), pensez à créer des liens dans les contenus de vos paragraphes (comme sur cet article) pour transférer le jus web de page en page. Une réflexion sur la recherche organique et le référencement naturel est vraiment indispensable.

Le besogneux patient arrive à ses fins si il s’astreint à réfléchir à ce qu’il fait

Bon, la besogne en matière de blogging, j’ai bien conscience que cela ne fait pas rêver mais j’ai trop envie de taper sur celles et ceux qui vendent des formations à des gens qui n’iront jamais jusqu’au bout. Sur le Web, il y a tellement de vendeurs de rêves et si vous êtes tombé(e) sur cet article, je parie que sur votre mur Facebook ou lorsque vous allez sur Twitter, vous avez des publicités vous promouvant ce type de réussite; le blogueur influent. Passez votre chemin et suivez avec soin ce qui suit, ma manière de concevoir un blog (j’en ai des dizaines dont certains très bien placés sur de grosses expressions clefs).

Bosser son référencement naturel pour devenir influenceur

Vous n’imaginez pas à quel point je sépare ce qui relève du social media de ce qui relève du référencement naturel. Il paraît que Google donne des indices en matière de référencement lorsqu’il y a un peu de social sur les contenus. Franchement, on s’en fout au regard des autres critères d’optimisation que peuvent être l’arborescence, le contenu, le maillage interne (vaguement évoqué plus haut) et les backlinks (ou rétroliens en français) qui permettent lorsque l’on maîtrise le sujet, de propulser sur les tops positions des grosses expressions. Ces quatre piliers du SEO sont essentiels avant toute entreprise et je m’en explique : La E-reputation commence sur Google.

Si vous racontez n’importe quoi sur votre blog ou que vous avez des propos maladroits sur les réseaux sociaux créant des bad buzz, vous subissez un temps les foudres d’une communauté mais vous pouvez supprimer le post (défendre vos positions peut sembler le plus souvent indiqué), vous pouvez mettre également votre col roulé pendant plusieurs semaines sur Twitter. En revanche, si vous ne maîtriser pas votre nom ou votre marque, vous risquez bien pire : Des avis sur Google, dans la My business mais aussi sur des forums, d’autres blogs édités par des chevaliers blancs, etc. Les dégâts sont alors très difficiles à contrer, surtout si vous n’êtes pas en mesure de vous battre sur le mteur de recherches.

Certes, il existe des procédures DMCA. Mais pour travailler la E-reputaion de certains clients parfois, le fait de disposer d’un site ou d’un blog faiblard rend la chose beaucoup plus compliquée lorsqu’il s’agit de passer des articles de journaux éditoriaux page 2 ! Pour être un blogueur influent, soignez votre E-reputation d’abord et protégez-vous des éventuelles attaques à venir. C’est presque un truisme de dire ça mais des vendeurs de rêves ne sont même pas en mesure de réaliser cela.

Garder de l’authenticité coûte que coûte

L’influenceur social ou le blogueur influent aura le même problème : Se vendre au diable en faisant du contenu sponsorisé qui pue la pub peut sceller son sort en matière d’influence. Les internautes ne sont pas dupes et vous jetteront facilement des pierres dès lors que vous faites la promotion d’un produit ou d’un service et que cela sonne faux.

L’authenticité, c’est aussi le ton de l’écriture. Personnellement, j’écris à peu près comme je parle et on m’en fait souvent la remarque. Tant mieux. Je fais aussi des fautes d’orthographe. Heureusement, ce n’est pas à chaque ligne et dans la mesure du possible (à moins d’écrire sur un SPLOG (Le spam Blog)), je me relis avant de vous livrer le contenu. Assumez vos travers, c’est le meilleur conseil que je puisse vous donner. Les travers font partie intégrante de l’authenticité.

L’authenticité, c’est lâcher aussi des astuces personnelles et un peu sur soi. Il est insupportable de suivre un blog où l’on apprend rien à chaque article pondu. Pourtant, croyez-moi, cela m’arrive de produire pour ne rien dire (mais à nouveau, sur du splog) et pour créer des contenus mangés par les moteurs. Quel plaisir puis-je en tirer à part le fait de réaliser une besogne ? Aucun. Il s’agit donc, pour assurer une continuité de l’effort que vous produisez, de garder du plaisir dans ce que vous faites. L’écriture est un bel exutoire, profitez-en. Et permettez-moi de conclure en vous souhaitant tout le plaisir possible en vous accrochant même dans les moments de doute, sans aller jusqu’au déraisonnable évidemment.

X.D