artistes de woodstock

Woodstock : qui sont les artistes qui ont marqué le festival ?

En 1969, plus de 500 000 personnes s’étaient réunies au festival de Woodstock, considéré comme un des plus gros rassemblements de rock de tous les temps. Le festival de Woodstock se déroula du 15 au 18 août à Bethel, dans l’état de New York aux États-Unis. De Jefferson Airplane à Janis Joplin en passant par Jimi Hendrix, le festival verra passer une trentaine d’artistes, dont les plus grands noms de l’époque. Revenons sur cette programmation artistique très éclectique qui a marqué l’histoire de la musique.

Janis Joplin, icône des sixties

Ce n’est que vers 2 heures du matin le dimanche, que la chanteuse à la voix rauque entame ses premières notes sur scène. Quelques heures plus tôt, celle qu’on surnomme la « Perle » s’était prise de panique à la première vue de la foule devant laquelle elle devait jouer. Elle ne trouva le courage de monter sur scène que quelques heures plus tard, après avoir absorbé un mélange d’alcool et d’héroïne.

Bien que plutôt éméchée, Janis Joplin délivrera une superbe – quoique (pour elle), quelque peu terne – performance. Elle interprétera avec son nouveau groupe « Kosmic Blues Band » ses plus grands titres tels que Summertime, Kosmic Blues ou encore le fameux Piece of my Heart, et terminera par une superbe version de Ball and Chain. 

Cependant, Janis ne fut pas satisfaite de sa performance, ce qui l’a amenée à insister pour ne pas figurer dans le film documentaire et l’album de bandes sonores de Woodstock de 1970.

Mais Pete Townshend, qui est monté sur scène avec les Who quelques heures après Janis, aurait déclaré que “…même Janis, un soir de congé, était incroyable”.

Jefferson Airplane, symbole de Woodstock

Ils sont l’incarnation même du rock psychédélique et de la contre-culture américaine. Sans eux, Woodstock n’aurait pas existé. Du moins, en tant que symbole, plus que festival.

Il est 8 heures du matin le dimanche, lorsque le groupe monte enfin sur scène. Jefferson Airplane aurait préféré jouer de nuit, mais les artistes les précédant avaient pris du retard. C’est donc après une nuit blanche, autant pour eux que pour le public, que les membres du groupe interprètent 13 chansons très énergétiques, dont leurs tubes emblématiques. Ils finiront leur concert historique par leur fameuse chanson White Rabbit, véritable hymne des hippies de San Fransisco. Cette chanson faisant un parallèle entre la prise de drogue et l’histoire d’Alice aux Pays des Merveilles, un livre très prisé ces années-là.

The who et leur performance légendaire à 5 heures du matin

Les Who sont, dans l’histoire du rock, en quelque sorte les égaux des Rolling Stones ou des Beatles. Le groupe interprétera à Woodstock l’intégralité de leur nouvel opéra-rock intitulé « Tommy », dont leur titre We’re not gonna take it qui apparaîtra dans le film documentaire du festival.

Cependant, en pleins milieu de la représentation des Who, l’activiste politique Abbie Hoffman s’est frayée un chemin sur scène et a tenté de s’emparer du micro et de parler au public. C’est avec un langage plutôt coloré que le guitariste Pete Townshend lui a ordonné de sortir de la scène et lui a tapé sur la tête avec sa Gibson SG. Abbie a fait une sortie précipitée par la fosse de presse et a disparu dans la foule. Heureusement apprivoisé, ce fut l’une des rares altercations publiques à Woodstock.

Joe Cocker et sa reprise des Beatles à Woodstock

Il est 15 heures lorsque le chanteur britannique Joe Cocker et le Grease Band montent sur scène. Les membres du groupe ont obtenu un énorme succès avec leur reprise du tube des Beatles “With a Little Help from My Friends“, qu’ils rendent méconnaissable et sublime à la fois. La performance de Joe Cocker à Woodstock en 69 fut alors un triomphe. Après la fin du concert du Grease Band, un violent orage s’est abattu sur le festival, trempant le terrain et paralysant les activités. Joe aurait déclaré : “Est-ce que j’ai fait ça ?”

Jimi Hendrix, Dieu de la guitare, clôture le festival

Last but not least, Jimi Hendrix. Ça sera l’icône de la guitare qui aura l’honneur de clôturer le festival de Woodstock. Placé en tête d’affiche, il prendra du retard et jouera le lundi matin plutôt que le dimanche soir comme prévu à l’origine.

Jimi Hendrix, alors le musicien de rock le mieux payé au monde, a accepté de faire la tête d’affiche du Woodstock Music and Art Fair pour un prix nettement inférieur à son tarif courant, mais il est resté l’artiste le plus rémunéré du festival. C’est devant un public épuisé et un paysage presque post-apocalyptique qu’Hendrix performera un des plus longs et des plus emblématiques spectacles de sa carrière.

Entre deux morceaux, le guitariste s’aventure dans une reprise à sa manière de l’hymne américain, alors que ses musiciens ne sont pas au courant. Les premières notes reprennent l’air de l’hymne, et très vite, la mélodie se transforme en une imitation des bombes américaines qui s’abattent sur le Viêtnam, des mitrailleuses et des gerbes de napalm.

C’est ainsi que Jimi Hendrix mis fin à ce que beaucoup considèrent comme l’événement musical le plus important de toute l’histoire.