homme politique charles stoessel dans le haut rhin

Qui était Charles Stoessel, l’homme politique du Haut Rhin ?

Il est des vies d’hommes politiques que l’on ne peut oublier localement, c’est le cas notamment dans l’Est de la France, à Mulhouse et Colmar notamment. Charles Stoessel, né le 20 novembre 1922, a été engagé volontaire en 1939 mais, comme de nombreux contemporains de l’époque, a été démobilisé en 1940. Une vie courte mais riche d’engagements l’emmena vers des fonctions de responsable politique. Nous avons décidé de lui rendre hommage ici dans notre rubrique inclassables.

Quel est son parcours ?

Ayant passé de brillantes études pour devenir diplômé de l’école nationale d’ingénieurs à Constance en Allemagne, il embrasse tout en étant professeur à Mulhouse la carrière d’homme politique dès la Libération. Militant du MRP (Le Mouvement Républicain Populaire), il devient rapidement membre du comité du Haut-Rhin et s’intéresse particulièrement à la situation sociale de la jeunesse d’après-guerre. Il s’investira à ce titre dans des organisations sociales et familiales, laissant encore aujourd’hui des traces de son engagement notamment par son nom donné à un Lycée de Mulhouse.

Quelle est sa carrière politique ?

C’est en mars de l’année 1959 que Charles Stoessel est élu au conseil Municipale de la sous-préfecture du Haut Rhin et devient par la même occasion adjoint au maire de la ville. En 1962, il arrive troisième lors du scrutin des législatives, toujours sous l’étiquette du MRP et se retire après le premier tour. C’est en 1964 qu’il devient conseiller général de Mulhouse Sud, ouvrant une période d’intense travaux en liaison avec les maires et conseillers municipaux de l’époque. Il s’attacha notamment à l’aménagement des communes du canton dont il avait la charge. L’un de ses principaux objectifs fut également de développer le tourisme. Aujourd’hui, ce secteur d’activité est essentiel pour la région.

Mais ses plus grandes responsabilités devaient arriver ne septembre 1965 : Charles Stoessel est alors élu sénateur du Haut Rhin, largement devant ses concurrents. Il intervint en séance publique sous le couvert de ses fonctions et ses responsabilités locales pour alerter le ministre de l’équipement sur les besoins de sa région.

Comment est-il décédé ?

Seulement âgé de 43 ans, le soir du 14 octobre 1966, il perd le contrôle de son véhicule alors même qu’il revenait d’une réception ministérielle à Colmar. Il est tué sur le coup, laissant ses projets de développement en suspend mais pas son aura sur la ville de Mulhouse et de ses habitants. Son métier était d’enseigner à l’origine, il sera fait Chevalier des Palmes Académiques par la suite. Une forme de reconnaissance légitime pour un homme qui s’est toute sa vie intéressé à la jeunesse.

X.D