Chaussures cuir

Textiles en fibres végétales : la mode écologique

On cherche tous à réduire plus ou moins notre impact environnementale grâce à des petits gestes du quotidien. Couper l’eau du robinet ou éteindre la lumière quand on en a plus besoin. Nous sommes de plus en plus nombreux à être sensibilisés sur l’importance de nos habitudes de vie et sur l’effet qu’elles peuvent avoir sur notre environnement. En changeant ces habitudes de vie, nous sommes de plus en plus à comprendre que, grâce à nos efforts combinés, nous pouvons atténuer la dégradation de notre environnement naturel.

Le but étant de réduire le gâchis de nos ressources, il est aussi important de surveiller notre façon de consommer pour diminuer le plus possible notre production de déchets polluants. Vous avez peut-être déjà pensé à réduire votre consommation de viande, manger bio et local, acheter vos produits en vrac pour diminuer les emballages. Mais vous savez aussi que votre impact ne passe pas seulement par votre assiette et vous cherchez un autre point à aborder pour qu’il devienne positif. Votre garde robes peut elle aussi avoir une effet sur l’environnement. Voici une piste de départ pour la compter comme allié dans votre lutte pour une planète plus propre.

Comment votre garde robes peut influencer le climat ?

De la même façon que pour la nourriture, les vêtements peuvent avoir un impact plus ou moins important sur l’environnement sur plusieurs aspects. Tout d’abord, leur provenance. L’empreint carbone d’un objet est la mesure du carbone dégagé dans l’atmosphère directement ou indirectement. Ainsi, le carbone émis lors du transport des matériaux vers les lieux de fabrication et du lieu de fabrication jusqu’aux consommateurs et compté dans l’empreinte carbone du produit. Celui ci n’est pas polluant seulement en temps que déchet mais il l’est aussi lors de sa fabrication.

D’ailleurs la condition de déchet est un aspect très important. Si vous ne souhaité plus d’un vêtement ou que simplement vous ne le portez plus, vous pouvez le donner ou le revendre. Si votre vêtement n’est plus utilisable dans son état, est-il réparable ? Peut-il servir à la confection de nouveaux vêtements ou d’un autre objet en tissu ? Est-il recyclable ou biodégradable ? Ces questions peuvent se poser avant de se débarrasser d’un vêtement et même et surtout avant l’achat de celui-ci.

Pourquoi choisir des vêtements en fibres végétales ?

Nos soyez pas surpris. Les fibres végétales sont depuis longtemps utilisées pour confectionner des vêtements. On peut citer le coton, le lin ou le chanvre. On peut fabriquer des tissus à partir de fibres plus ou moins épaisses. On peut ainsi obtenir des étoffes plus ou moins lourdes ou souples. Les fibres que l’on tisse peuvent provenir des tiges des plantes comme pour le lin, le chanvre, la ramie ou le jute. Elles peuvent aussi provenir de poils séminaux contenus dans la graine des plantes comme pour le coton ou le kapok. Enfin elles peuvent provenir de feuilles ou d’enveloppes de fruits comme le raphia, le sisal, le cocotier ou le jonc.

L’avantage des fibres végétales c’est qu’il suffit d’eau et de soleil pour les faire pousser. Les fibres animales comme la laine vont nécessiter plus d’eau à la fabrication. Il faut compter l’eau pour faire pousser les plantes qui nourriront les bêtes. Les tissus d’origine naturelle se dégraderont plus facilement que les tissus synthétiques d’origine pétrochimique. Les fibres naturelles peuvent néanmoins avoir besoin d’un traitement chimique. Par exemple, le viscose est d’origine végétale mais sa fabrication demande un traitement chimique polluant.

Pourquoi le cuir végétal est plus écologique ?

Parmi les tissus nécessitant un traitement chimique, la grande star est le cuir. Le cuir est intéressant pour ses caractéristiques combinées. Il est à la fois résistant, souple et imperméable. Le cuir est une peau qui a été tannée pour gagner ces propriétés. Le tannage consiste à laisser tremper la peau dans un bain de solution chimique pour en modifier l’aspect. Les solutions utilisées pour les peaux animales sont des solutions à base de minéraux. Elles contiennent des métaux lourds qui sont très polluants pour l’environnement. Comme précisé précédemment, la production de textile d’origine animal est moins bon pour l’environnement. Le cuir est un textile qui résiste bien dans le temps. Vous pouvez aisément prolonger la vie d’un sac ou d’une paire de chaussures plutôt qu’ils finissent à la poubelle.

À ce fameux textile existe une alternative végétale. Les peaux utilisées ne sont plus celles d’animaux mais celle de fruits. Les solutions de tannage pour ces cuirs végétaux sont eux aussi d’origine végétale. Ainsi, par ces différents facteurs, les vêtements confectionnés à partir de cuir végétal sont moins néfaste pour l’environnement. Faites attention toutefois à la provenance de votre cuir. Comme pour le cuir animal, sont transport peut modifier son impact carbone.

Comment choisir son cuir végétal ?

Le cuir végétal peut parfois venir de loin comme le cuir d’hévéa produit au Brésil. Le “tissu de la forêt” est un latex végétal écologique produit à partir de la sève de l’hévéa. Malgré sa provenance, en acheter peut-être un soutien envers une production de textile plus propre.

On peut aussi trouver du cuir végétal beaucoup plus près chez nos voisins européens. Prenez le liège, le même que celui utilisé pour les bouchons ou les panneaux d’affichage. Il est produit à partir de l’écorce du chêne liège. On l’utilise beaucoup au Portugal en maroquinerie pour ses propriétés semblable au cuir.

En Espagne, on produit le cuir d’ananas. Ce cuir végétal est fabriqué à partir des fibres des feuilles de l’ananas. Cette partie du fruit habituellement jetée est ainsi récupérée pour fabriquer un tissu biodégradable auquel on peut attribuer la texture que l’on veut.

Le cuir d’eucalyptus est produit en Allemagne en circuit court. C’est à dire que les plantes utilisées pour la fabrication du textile ont parcourues peu de distance avant d’être reconditionnées. Ce cuir est apprécié pour sa grande résistance.

Enfin, il existe le “Muskin” produit en Italie. Ce cuir végétal n’est pas réellement végétal puisqu’il est fabriqué à partir de chapeaux de champignons. Il ne nécessite pas de tannage chimique. Sa souplesse est semblable à celle du daim. C’est un cuir respirant perméable à l’air et naturellement déperlant. Bien qu’organique, il empêcherait le développement de bactéries.

Avec cette gamme de cuirs, vous n’avez plus que l’embarras du choix si vous avez besoin de renouveler votre garde robes et que vous souhaitez porter du neuf. Pourquoi ne pas tenter le cuir végétal ?